Ce site utilise cookie pour vous fournir une meilleure expérience. En poursuivant la navigation, vous acceptez l'utilisation des cookie de notre part OK

Diplomatie économique. Analyse de « Prometeia » sur la valeur économique engendrée par l’activité de soutien aux entreprises menée par la Farnesina.

Date :

21/02/2017


Diplomatie économique. Analyse de « Prometeia » sur la valeur économique engendrée par l’activité de soutien aux entreprises menée par la Farnesina.

En présence du Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Angelino Alfano, et du Président de la Confindustria, Vincenzo Boccia, ont été présentés récemment à Rome les résultats d’une étude menée par la société d’analyses économiques « Prometeia » sur l’activité de la diplomatie économique de la Farnesina au cours de la période 2014-2015 (voici la brochure). L’étude a été commandée pour quantifier la valeur économique engendrée par l’activité de soutien aux entreprises menée par le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale à travers son réseau diplomatique et consulaire, et surtout, son impact sur l’économie italienne.

La société a examiné 756 contrats signés à l’étranger par des entreprises italiennes ayant reçu un soutien de la part du réseau. Le volume global des contrats est de l’ordre de 95 milliards d’euro, dont 52 milliards représentant l’apanage de plus de 300 sociétés italiennes opérant particulièrement dans le secteur de la mécanique, des services et des constructions. En faisant référence à leur répartition géographique, il a été constaté une nette majorité des contrats dans la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord, aussi bien en termes de nombre (358, qui correspondent à 47,2% du total), qu’en termes de valeur (14,8 milliards d’euro, égal à 27,1% du total). En mettant en outre en évidence la donnée relative à la répartition en termes de dimensions des entreprises intéressées, il s’avère par ailleurs que dans 61% des cas il s’agit de petites et moyennes entreprises.

Les effets globaux (directs, indirects et induits) de ces contrats sur l’économie nationale ont été estimés à 16,4 milliards d’euro de valeur ajoutée, 6,7 milliards d’euro en termes de recettes fiscales et 234.000 postes d’emploi. L’activité de diplomatie économique de la Farnesina et de son réseau a ainsi produit plus que 1% du PIB et a soutenu environ 1% des salariés. En comparant cet apport au PIB avec le budget effectif du Ministère, qui correspondait au cours de l’année de référence à environ 0,05% du PIB, il a été constaté en outre, que malgré que ce budget sert à financer également toutes les autres activités de la Farnesina, le multiplicateur entre l’activité de diplomatie économique, qui est depuis des décennies l’une des principales priorités de la politique étrangère italienne, et la croissance de l’économie nationale, a été équivalent à 20 : c’est-à-dire que chaque euro a engendré 20 euro de croissance.


182