Ce site utilise cookie pour vous fournir une meilleure expérience. En poursuivant la navigation, vous acceptez l'utilisation des cookie de notre part OK

Hommage à Didon : la sculpture du sicilien Girolamo Palmizi unit l’Italie et la Tunisie

Date :

27/02/2020


Hommage à Didon : la sculpture du sicilien Girolamo Palmizi  unit l’Italie et la Tunisie

Connu pour ses projets “Mare Nostrum – un pont entre les deux rives” et “Les Piliers de la Terre”, l’artiste sicilien Girolamo Palmizi unit encore une fois l’Italie et la Tunisie, en s’inspirant de Didon (ou Elissa) pour retracer le voyage d’une femme, une reine réfugiée, contrainte de chercher à travers la Méditerranée sa terre promise, un port, un lieu sûr pour ses accompagnateurs et pour elle-même.

Le projet de Palmizi prévoit la réalisation de deux sculptures en hommage à Didon, la première destinée à Tyr en Liban et l’autre à Tunis. L’œuvre “Elissa, Yammuna, hommage à Didon, reine de Tyr et fondatrice de Carthage” a comme ultime demeure le campus de l’Université La Manouba, avec une cérémonie d’inauguration en présence de l’Ambassadeur d’Italie Lorenzo Fanara.

Echappée de la ville libanaise de Tyr en l’an 800 av. J.C., après un long pèlerinage en mer, Didon rejoint l’Afrique du Nord où les plages de la Tunisie d’aujourd’hui lui réservent accueil et hospitalité et où elle trouve les conditions pour rester, fonder Carthage et laisser au monde un grand exemple de civilisation et de culture. Il s’agit d’une figure porteuse de dialogue, de paix et d’union parmi les différentes rives de la Méditerranée.

La sculpture en acier est constituée de 2 éléments de 2 mètres 35 de hauteur, juxtaposés de manière à représenter une vague, celle que Didon, dont la figure est stylisée dans la sculpture, a su dépasser. Les caractères disposés verticalement, d’inspiration punico-phénicienne, traduisent le mot libanais “Yammuna” qui correspond à “Mare Nostrum”.

La Faculté des Lettres de l’Université de la Manouba est d’autre part un espace ouvert au dialogue des cultures, des langues et des religions et la présence de nombreux étudiants d’universités étrangères en est le témoignage. Elle abrite en outre la “Chaire Sicile pour le dialogue des cultures et des civilisations”, première chaire universitaire au monde qui prévoit l’enseignement de la langue et de la culture sicilienne.

scultura palmizi 2


322