Ce site utilise cookie pour vous fournir une meilleure expérience. En poursuivant la navigation, vous acceptez l'utilisation des cookie de notre part OK

COVID-19: Citoyens italiens qui font retour en Italie et étrangers en Italie

Date :

01/07/2020


COVID-19: Citoyens italiens qui font retour en Italie et étrangers en Italie

Pour déclarer les motifs du voyage: ici le FORMULAIRE  (traduction de courtoisie IT>FR)

1. Quelles sont les règles en vigueur à partir du 1er juillet pour les déplacements à partir de / pour l’étranger?

À partir du 1er juillet, les possibilités de déplacements en provenance de l’étranger et vers l’étranger sont à nouveau amplifiées. Voici les nouveautés principales:

  • les déplacements en provenance et vers les États membres de l’Union européenne continuent à être autorisés (en plus de l’Italie, les pays suivants sont membres de l’U.E.: Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie et Suède), États faisant partie de l’accord de Schengen (les États qui ne sont pas membres de l’U.E., mais faisant partie de l’accord de Schengen sont: Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse), le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord Andorre, la Principauté de Monaco, la République de Saint-Marin et l'État de la Cité du Vatican. Les personnes en provenance de ces pays ne devront plus justifier les motifs du voyages et ne seront plus soumises à l’obligation d’auto-isolement à domicile pendant 14 jours à compter de leur entrée en Italie;
  • à partir du 1er juillet, les résidents des pays suivants peuvent se déplacer librement vers et pour l’Italie : Algérie, Australie, Canada, Géorgie, Japon, Monténégro, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Serbie, République de Corée, Thaïlande, Tunisie, Uruguay. Dans ces cas, il n’est plus nécessaire de justifier les motifs du voyage;
  • en provenance et vers les pays qui ne sont pas énumérés ci-dessus, les voyages pourront être effectués – en plus des motifs professionnels, de santé, de nécessité absolue, de retour à son domicile, dans son lieu de résidence ou dans son habitation – également pour motifs d’études;
  • les citoyens U.E., les étrangers demeurant dans un pays de l’U.E. et leur famille (mariés, unis civilement, cohabitants de fait, enfants à charge de moins de 21 ans, ascendants à charge) peuvent entrer librement sur le territoire italien, sans qu’il ne soit nécessaire de justifier les motifs du voyage.

Pour les entrées en Italie en provenance de pays différents de ceux de l’Union européenne, de ceux faisant partie de l’accord de Schengen, du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord, d’Andorre, de la Principauté de Monaco, de la République de Saint-Marin ou de l’État de la Cité du Vatican, il est toujours obligatoire de se soumettre à l’auto-isolement à domicile, sauf quelques exceptions (voir FAQ 2 et 3).

2. Je suis entré/e en Italie à partir de l’étranger, est-ce que je dois rester 14 jours en auto-isolement à domicile?

Cela dépend de l’Etat de provenance et du moment de l’entrée en Italie. A partir du 3 juin, celui qui entre ou qui revient d’un Etat de l’Union européenne ou d’un Etat faisant partie de l’accord de Schengen, du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et de l’Irlande du Nord, d’Andorre, de la Principauté de Monaco, de la République de Saint-Marin ou de l’Etat de la Cité du Vatican, ne doit pas se soumettre à l’auto-isolement à domicile, à moins qu’il n’ait séjourné dans des pays différents durant les 14 jours précédents son entrée en Italie. L’auto-isolement à domicile reste obligatoire pendant 14 jours pour celui qui est entré en Italie:

  • en provenance d’un Pays différent des pays suivants : Pays de l’Union Européenne, Pays faisant partie de l’accord de Schengen, du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et de l’Irlande du Nord, Andorre, Principauté de Monaco, République de Saint-Marin ou de l’Etat de la Cité du Vatican;
  • en provenance de n’importe quel pays étranger (à l’exception de Saint-Marin et de l’Etat de la Cité du Vatican), si on a séjourné durant les 14 jours précédents l’entrée en Italie dans un pays ou un territoire différent des pays suivants : Pays de l’Union européenne, Pays faisant partie de l’accord de Schengen, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et Irlande du Nord, Andorre, Principauté de Monaco, République de Saint-Marin ou de l’Etat de la Cité du Vatican.

Cependant, il y a des exceptions à ces règles (voir FAQ n° 3).

3. Quelles sont les exceptions en ce qui concerne l’obligation de l’auto-isolement à domicile pour la personne qui rentre de l’étranger?

L’obligation d’auto-isolement à domicile n’est pas appliquée pour:

  • L’équipage des moyens de transport;
  • Le personnel roulant;
  • La personne qui rentre en Italie pour des motifs professionnels démontrés, si celle-ci est citoyenne ou résidente dans l’un des Pays suivants : Italie, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Irlande, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Hongrie, Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse, Andorre, Principauté de Monaco, République de Saint-Marin, Etat de la Cité du Vatican, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et Irlande du Nord);
  • Le personnel sanitaire qui entre en Italie pour exercer des professions sanitaires;
  • Les travailleurs transfrontaliers en entrée et en sortie pour se rendre au travail et pour retourner chez eux;
  • Le personnel d’entreprises dont le siège principal ou secondaire se trouve en Italie qui revient en Italie après des déplacements à l’étranger pour un travail d’une durée non supérieure à 120 heures (5 jours);
  • Les déplacements à partir de / pour la République de Saint-Marin et l’Etat de la Cité du Vatican;
  • Les fonctionnaires et les agents de l’Union européenne, des organisations internationales, le personnel des missions diplomatiques et des agences consulaires, le personnel militaire dans l’exercice de leurs fonctions;
  • Les élèves et les étudiants qui fréquentent des cours dans un Etat différent de celui dans lequel ils habitent et qui rentrent chez eux au moins une fois par semaine;
  • Un court séjour en Italie (jusqu’à un total de 120 heures) pour des motifs de travail, de santé ou d’extrême urgence;
  • Le transit aéroportuaire;
  • Le transit d’une durée non supérieure à 36 heures pour retourner dans le pays de résidence (par exemple, une personne entrée en Italie par bateau en provenance de la Grèce, afin de continuer ensuite en voiture jusqu’à son habitation en Allemagne).

A partir du 3 juin, en plus des cas susmentionnés, l’obligation d’auto-isolement à domicile ne sera plus appliquée aux personnes qui entrent ou rentrent en Italie en provenance des pays suivants: Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Irlande, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Hongrie, Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse, Andorre, Principauté de Monaco, République de Saint-Marin, Etat de la Cité du Vatican, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et Irlande du Nord). Durant les 14 jours qui précèdent l’entrée en Italie, s’il y a eu une permanence dans des pays différents de ceux susmentionnés, l’auto-isolement à domicile sera également nécessaire. Par exemple, une personne qui entre en Italie le 1er juillet en provenance de la France, sera soumise à l’auto-isolement à domicile si elle est entrée en France en provenance des Etats-Unis le 20 juin, mais elle ne sera pas soumise à l’auto-isolement à domicile si le déplacement des Etats-Unis vers la France a eu lieu le 30 mai ou bien, si entre le 10 juin ou bien, si entre le 15 et le 30 juin, elle a séjourné en Allemagne.

4. Le tourisme à partir de/pour l’étranger est-il autorisé?

A partir du 3 juin, les réglementations italiennes autorisent de se déplacer librement (donc, même pour le tourisme) à partir de/pour : Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Irlande, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie, Espagne, Suède et Hongrie, Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse, Andorre, Principauté de Monaco, République de Saint-Marin, Etat de la Cité du Vatican, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et Irlande du Nord. En revanche, les déplacements à partir de/pour des pays différents pour des motifs de tourisme ne sont pas autorisé jusqu’au 30 juin (voir FAQ n° 1). Avant de partir pour un voyage touristique à l’étranger, nous conseillons aux citoyens italiens et aux étrangers qui résident en Italie, de vérifier quelles sont les règles établies dans le Pays de destination et dans les pays de transit éventuels.

À partir du 1er juillet, l’entrée en Italie des personnes suivantes est toujours autorisée:

  • des citoyens de l’U.E.;
  • des étrangers demeurant dans un pays de l’U.E. ;
  • des membres de la famille des citoyens de l’U.E. et des étrangers demeurant dans un pays de l’U.E. (membres de la famille signifie : les époux, les personnes unies civilement, les cohabitants de fait, les enfants à charge de moins de 21 ans, les ascendants à charge);
  • des étrangers demeurant en Algérie, Australie, Canada, Géorgie, Japon, Monténégro, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Serbie, République de Corée, Thaïlande, Tunisie, Uruguay.

Cependant, les entrées en provenance de pays différents des pays faisant partie de l’U.E., de l’accord de Schengen, du Royaume-Uni, d’Andorre, de la principauté de Monaco, de la République de Saint-Marin et de la Cité du Vatican, comportent l’obligation d’auto-isolement à domicile pendant 14 jours.

5. Quand commence l’auto-isolement à domicile après l’entrée en Italie, lorsqu’il reste obligatoire?

Normalement, immédiatement après l’entrée en Italie. Seul le parcours le plus court possible pour se rendre à son habitation ou dans l’habitation différente déterminée comme endroit d’isolement est autorisé. Durant ce parcours, il n’est pas autorisé d’utiliser des moyens de transport publics différents de ceux utilisés pour entrer en Italie (par exemple, au moment de l’arrivée en avion à Fiumicino, il est interdit de prendre le train pour se rendre au centre de Rome ou à toute autre destination). Le transit aéroportuaire est autorisé : celui qui entre en Italie par avion, peut prendre un autre avion sans sortir de l’aéroport pour n’importe quelle destination nationale ou internationale. La location de voitures et l’utilisation de taxis ou la location d’une voiture avec chauffeur est autorisée. De plus, celui qui entre ou qui rentre en Italie en provenance de l’étranger pour des motifs de travail, de santé ou d’urgence extrême, peut reporter jusqu’à 120 heures le début de l’auto-isolement à domicile. Ce report doit être motivé par des exigences qui ont justifié l’entrée en Italie. En ce qui concerne les cas d’exemption de l’obligation de l’auto-isolement à domicile, voir la FAQ n° 3.

6. Je suis une personne qui réside à l’étranger, pour me rendre dans le pays où je vis habituellement, je dois passer par l’Italie. Comment dois-je me comporter?

La personne qui transite par l’Italie, à partir d’un pays étranger vers un autre pays étranger, est autorisée à se rendre - le plus rapidement possible et sans arrêt intermédiaire non strictement nécessaire – auprès de son habitation. Par exemple:

  • le transit aéroportuaire est autorisé (par exemple, le voyage de Caracas à Francfort avec une escale à Fiumicino), pour autant que l’on ne sorte pas de la zone aéroportuaire;
  • le transit est autorisé aux croisiéristes qui débarquent en Italie pour motif de fin de croisière et pour retourner dans leur pays (avec les frais à charge de l’armateur);
  • il est autorisé d’embarquer son véhicule privé sur un ferry (par exemple, à partir de la Tunisie ou de la Grèce pour l’Italie) et de continuer vers son habitation sur le même moyen de transport privé (par exemple, en Hollande ou en Allemagne). Dans ce cas, la permanence en Italie ne doit pas dépasser 36 heures.

Lors de l’embarquement sur un avion/bateau qui se dirige vers l’Italie, il est nécessaire de remplir cette déclaration sur l’honneur (lien formulaire) en indiquant clairement qu’il s’agit d’un transit pour se rendre dans son habitation qui se trouve dans un pays différent de l’Italie. Si des symptômes de Covid-19 apparaissent, il est nécessaire d’avertir immédiatement l’Autorité sanitaire territorialement compétente au moyen du numéro de téléphone expressément prévu à cet effet et d’attendre les instructions. Avant d’entreprendre le voyage, il est également important de s’informer sur les restrictions concernant les déplacements qui ont été introduites, non seulement par l’Italie, mais aussi par les autres pays de départ, de transit et de destination. Durant le transit en l’Italie, nous vous recommandons aussi de rester en contact avec la représentation diplomatique de votre pays, compétente pour l’Italie.

A partir du 3 juin, les personnes qui entrent ou qui rentrent en Italie en provenant des pays suivants peuvent transiter librement : Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Irlande, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Hongrie, Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse, Andorre, Principauté de Monaco, République de Saint-Marin, Etat de la Cité du Vatican, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et Irlande du Nord). Durant les 14 jours qui précèdent l’entrée en Italie, s’il y a eu une permanence dans des pays différents de ceux susmentionnés, le transit sera régi par les règles susmentionnées.

7. Je suis de retour avec un vol provenant de l’étranger. Puis-je prendre un autre vol pour une autre destination nationale ou internationale?

Oui, le transit aéroportuaire est autorisé. Cependant, il est impossible de sortir de la zone aéroportuaire, si on provient d’un pays différent des pays suivants : Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Irlande, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède et Hongrie, Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse, Andorre, Principauté de Monaco, République de Saint-Marin, Etat de la Cité du Vatican, Royaume Uni de Grande-Bretagne et Irlande du Nord. Les personnes qui proviennent de l’un de ces pays, mais qui ont séjourné dans un pays différent durant les 14 jours précédents, ne peuvent pas sortir de la zone aéroportuaire.

8. Je suis un citoyen étranger ou un italien résidant à l’étranger et je me trouve actuellement en Italie, puis-je retourner dans le pays dans lequel je vis?

Oui, le retour à son domicile/dans son habitation ou sa résidence est toujours autorisé. Nous vous conseillons de vérifier avant votre départ les mesures prévues dans le Pays de destination pour lutter contre la diffusion du virus. Il est également conseillé aux citoyens étrangers de prendre contact avec l’ambassade de leur pays en Italie.

9. Je suis de retour de l’étranger. Puis-je demander à une tierce personne de venir me chercher en voiture à l’aéroport, à la gare ferroviaire ou au port d’arrivée?

Oui, mais il est autorisé de se faire accompagner par un seul membre de la famille ou par une personne habitant au même domicile que la personne transportée, si possible muni d’équipement de protection. En revanche, il est nécessaire de vérifier avant le départ les éventuelles limitations prévues pour la zone du territoire national de destination. Sauf dans les cas d’exemption (voir la FAQ 3), il est toujours obligatoire de communiquer immédiatement son entrée en Italie au Département de prévention afin d’être soumis à la surveillance sanitaire et à l’auto-isolement à domicile. Il est également obligatoire de signaler immédiatement l’apparition de symptômes de COVID-19 à l’autorité sanitaire.

 


326